Les produits à base de CBD ont le vent en poupe ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle vous vous êtes surement intéressé à sa commercialisation : marché pertinent, bienfaits avérés, propriétés potentielles, nouvelles réglementations… Vous pouvez devenir distributeur de cannabidiol grâce à différents canaux de commercialisation.

L’avenir prometteur du CBD

devenir distributeur de CBDIl est nécessaire de connaître les raisons qui poussent certains commerçant à s’intéresser au CBD. Soutenu par la réglementation européenne, le marché de la molécule est porteur, et devrait être réformé en France.

Le CBD, porteur de croissance ?

De plus en plus de boutiques proposent des produits à base de CBD ; l’effervescence est analogue à celle qui concernait quelques années auparavant les cigarettes électroniques.

Au-delà du nombre croissant de commerces, les gammes de produits à base de CBD s’étendent : crèmes, compléments alimentaires, sucettes, e-liquides… et certains revendeurs – en ligne notamment – ont devancé la réglementation française et proposent déjà des fleurs de CBD.

En 2018, le marché du CBD pesait 4,6 milliards de dollars ; en 2024, celui-ci devrait rapporter environ 22 milliards de dollars. De quoi faire briller les yeux des nouveaux arrivants sur ce marché !

Le marché du bien-être, en effervescence

Le CBD (cannabidiol) est un des nombreux cannabinoïdes (au nombre de 200) présents dans le plant de cannabis : la molécule fait l’objet de recherches scientifiques de plus en plus poussées car elle aurait de nombreux bienfaits permettant de contribuer au bien-être et d’atténuer les symptômes de certaines pathologies.

Différence avec le THC

A la différence du THC, le CBD ne présente pas d’effets psychoactifs et ses effets secondaires seraient moindres.

Ainsi, de nombreuses études scientifiques – encouragées par l’OMS – parviennent à démontrer partiellement les propriétés du CBD.

Quels sont les bienfaits potentiels du CBD

cbd anxiété dépressionLes personnes souffrant de troubles anxieux en France (à raison d’une fois par an) représentent 15% de la population âgée entre 18 et 65 ans.

Le CBD serait idéal pour calmer l’anxiété et atténuer les états dépressifs, permettant de lutter contre le stress. Il serait notamment efficace pour prévenir le diabète, atténuer les douleurs, réduire l’acné, faire perdre du poids et lutter contre les addictions.

Des informations nécessaires pour bien conseiller ses clients

Le fait de connaître le produit vous permettra de conseiller le client en bonne et due forme, en fonction des bienfaits recherchés, mais aussi en fonction de son habitude de consommation (a-t-il l’habitude de consommer du CBD ?) et de son poids corporel.

Certains sites internet proposent de réaliser des tests afin de connaître le dosage approprié. Il semblerait donc essentiel d’être capable de conseiller votre client en ce sens.

L’appétence pour les produits organiques

A noter que la population française en particulier et mondiale en général est de plus en plus encline à s’approvisionner en produits naturels dont elle comprend l’origine et le mécanisme, et se désintéresse de facto des médicaments issus des industries pharmaceutiques d’envergure.

Aussi, le CBD et sa commercialisation sont soutenus par les mesures législatives des différents gouvernements à travers le monde, et cela est notamment le cas de l’Union européenne, et donc de ses états membres.

Distributeur de CBD : une activité légale ?

Selon l’OMS, le CBD n’est pas toxique, ne présente pas de potentiel d’addiction et est sans danger pour la santé.

Au travers de la MILDECA les autorités françaises clarifient la législation entourant le CBD : en France, le CBD est considéré comme licite sous certaines conditions.

La molécule doit provenir de certaines variétés de chanvre autorisées, qui contiennent un taux de THC inférieur à 0,2% (et non le produit fini) . Aussi, le CBD ne peut être extrait que des graines et tiges, et non des fleurs, ces dernières étant prohibées à la vente sur le territoire français.

Ces deux derniers aspects devraient être assouplis, puisque la législation française doit se conformer à l’arrêt C‑663/18 de la Cour de Justice de l’Union européenne rendu en novembre 2020 concernant l’affaire Kanavape.

L’Union européenne encourage en effet la libre circulation des marchandises sur son territoire, et cela est valable pour les produits à base de CBD : les états membres (dont la France) ont donc l’obligation de justifier les restrictions à ce principe fondateur européen, par des mesures éventuelles de protection de la santé publique, nécessairement proportionnées.

En revanche, il ne peut être allégué des vertus thérapeutiques aux produits à base de CBD dès lors que ces derniers ne sont pas réglementés par l’ANSM. Autre point important : « les publicités en faveur de produits contenant du CBD ne doivent pas entretenir de confusion entre le cannabis et le CBD et faire ainsi la promotion du cannabis » sous peine d’infraction pénale de provocation à l’usage de stupéfiant.

Les différents modes de commercialisation

etre distributeur de CBDDifférents cas de figure peuvent s’offrir à vous dans le cadre de la commercialisation des produits à base de CBD :

1) Vous possédez déjà une entreprise

Si vous possédez déjà une entreprise, alors tant mieux ! Il vous sera possible de réaliser vos achats chez le fabricant ou par l’intermédiaire d’un grossiste grâce à votre numéro de SIRET. L’ouverture d’un compte sur de tels sites réservés aux professionnels requiert le numéro d’enregistrement de votre société.

Le CBD peut être proposé en ligne, par l’intermédiaire d’un site de e-commerce ou directement en boutique.

Il vous suffira d’abord de comprendre les propriétés potentielles de la molécule : vous pouvez et devriez d’ailleurs essayer vous-même avant d’en proposer à vos clients. Vous devez ensuite vous renseigner sur les différents produits à base de CBD qui existent : e-liquides, compléments alimentaires, huiles de CBD, cire et cristaux, tisanes… et enfin sur la législation française, européenne et internationale (OMS) concernant le cannabinoïde.

2) Vous n’êtes pas commerçant

Il est possible (et lucratif) de devenir revendeur si vous possédez un réseau. Que vous soyez professeur de yoga, gardien d’animaux, voire naturopathe, vous pouvez revendre le CBD à vos clients, en complément de ce que vous leur proposez déjà, qu’il s’agisse de produits ou de services.

3) Vous pouvez devenir franchisé

Avant toute chose, il est nécessaire de définir votre projet, de savoir ce que vous voulez exactement ; typologie des produits, mode de commercialisation (boutique en ligne ou site de e-commerce), cible de consommateurs… de nombreux aspects doivent être pris en considération.

Il est également essentiel de mettre en place un budget prévisionnel ainsi qu’un bilan prévisionnel, comme dans le cas de la création de n’importe quelle société.

Certains grossistes vous proposent à cet effet de devenir franchisé, et de vous approvisionner auprès d’un seul et même fournisseur : cela permet de profiter de certains avantages tarifaires.

Les franchiseurs peuvent vous proposer différentes formules d’assistance, de formation ou encore d’aménagement de votre site internet ou de vos locaux.

De la création de la société jusqu’à la commercialisation et la gestion comptable, vous pouvez tout à fait bénéficier d’un accompagnement personnalisé.

Attention toutefois, car dans de telles circonstances, il sera nécessaire de réaliser un investissement initial conséquent ; environ 15.000 euros au minimum.

Conclusion

Vous l’avez compris, devenir distributeur de CBD est accessible, à partir du moment où vous possédez une société ou une activité en rapport avec les bienfaits de la molécule, et que vous respectez la réglementation française (et suivez ses évolutions).

Cependant, la concurrence est de plus en plus présente, et les acteurs de plus en plus nombreux : il est donc nécessaire de se différencier, de s’identifier à une niche afin de mieux convaincre les consommateurs de la plus-value de votre marque.