Le fait de savoir si oui ou non il est possible de diminuer sa consommation de cannabis (et donc de THC) grâce au CBD pose question au sein de la communauté « des fumeurs de joints ». Il n’existe évidemment pas de réponse claire et précise : « oui, le CBD aidera à réduire votre consommation de cannabis » ou « non, impossible de substituer le cannabis par du CBD ».

Chaque profil de consommateur est différent, et votre addiction (ou pas) au cannabis peut être plus ou moins sévère.

Voici donc des éléments de réponse qui peuvent vous permettre d’avoir une idée de sa substituabilité.

Le CBD est-il un substitut du THC ?

Le CBD est bel est bien différent du THC à de nombreux égards, et dans une certaine mesure, la réglementation française pourrait ralentir cette substituabilité éventuelle auprès des consommateurs.

Le CBD, un substitut pour les personnes non addictes au cannabis ?

cbd sevrage thcSelon certains consommateurs, il se pourrait que le CBD soit un formidable remède aux personnes souffrant d’addiction au cannabis.

Le THC et le CBD sont des molécules appartenant à la famille des cannabinoïdes toutes deux présentes dans le plant de cannabis, dont les caractéristiques sont cependant différentes.

En termes psychoactifs d’abord, le premier « entraîne un état modifié de conscience » contrairement au second, selon le Dr. Alain Morel, psychiatre addictologue.

De plus, le THC présente une certaine toxicité et peut entraîner un état d’addiction chez le consommateur.

Ainsi, et selon les témoignages relatifs à la consommation du CBD, les spécialistes précisent que « ce produit semble plutôt satisfaire les fumeurs occasionnels, qui ne constituent pas le public ayant le plus besoin d’un produit de substitution au cannabis classique ».

Espérons que les études à venir nous permettent de préciser ces propos.

Règlementation française : CBD et THC, attention aux confusions !

Quand bien même le CBD serait un substitut, pas sûr que sa réglementation soit assouplie de sitôt.

En novembre 2020, le ministère de la Santé considérait le CBD comme légal, sa commercialisation étant conditionnée à un taux de THC contenu dans les produits à base de CBD inférieur à 0,2%.

De plus, quand on comprend l’importance du geste (répétitif) des additions, on sait qu’un substitut à base de CBD serait indéniablement présenté sous forme de joint.

Cependant, la commercialisation des fleurs de CBD, et donc le fait de les fumer… est contraire à la réglementation française en la matière.

Enfin, un produit de substitution comme la méthadone, le subutex ou encore le suboxone dans le cadre d’une addiction aux opiacés par exemple est toujours présenté sous forme de médicament.

Or, un tel traitement devrait faire l’objet d’une étude approfondie de la part de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avant d’être mis en circulation sur le marché français.

En attendant, il est strictement prohibé, « sous peine de sanctions pénales » de vanter d’éventuelles allégations thérapeutiques des produits à base de CBD.

Dernier point, et de taille : il serait difficile de présenter le CBD comme un substitut au THC sans faire entrave à la loi dans la mesure où « les publicités en faveur de produits contenant du CBD ne doivent pas entretenir de confusion entre le cannabis et le CBD et faire ainsi la promotion du cannabis ».

Cela constituerait une « infraction pénale de provocation à l’usage de stupéfiant ».

Le CBD, des avantages sans les inconvénients du THC ?

Dans la mesure où le CBD (à la différence du THC) permettrait de lutter contre les addictions, il se pourrait que les bienfaits qu’il procure puisse être substituable au cannabis.

CBD et lutte contre les addictions

cbd lutte contre les addictionsComme l’OMS le rappelle dans son rapport en 2018, « le CBD ne présente aucun effet indiquant un potentiel abus se transformant en dépendance » à la différence du THC.

Au contraire, le CBD « pourrait avoir des propriétés thérapeutiques dans la lutte contre l’addiction aux opioïdes et aux drogues telles que le cannabis, la cocaïne ou encore l’héroïne ».

Pour ce qui concerne le tabac, qui tue 8 millions de personnes par an à travers le monde, « le CBD aurait des propriétés permettant de faire diminuer la consommation des fumeurs de 40% ! »

Le rapport d’expertise de l’OMS encourage les recherches en ce sens, afin de considérer sérieusement le CBD en tant que traitement thérapeutique permettant de lutter contre les addictions – et donc se substituer au cannabis en général et au THC en particulier !

Les propriétés relaxantes du CBD

La substituabilité du THC au profit du CBD dépend notamment des bienfaits que vous recherchez lorsque vous fumez un joint.

En effet, si cela participe à votre endormissement, vous permet de vous relaxer, ou encore de calmer vos angoisses, il est possible que le CBD (dans une moindre mesure) lui soit substituable.

Le CBD aurait pour effet de « calmer le système nerveux » et de lutter efficacement « contre la douleur, l’angoisse et l’anxiété en permettant à l’organisme de réduire leur impact ».

Cependant, et selon certains spécialistes, « si certains consommateurs de CBD indiquent que ce produit détend et diminue le stress, il n’est pas sûr qu’il puisse répondre aux attentes de ceux qui consomment du cannabis pour réduire leur anxiété ou parvenir à s’endormir et qu’il ne s’agisse pas que d’un simple effet placebo ».

Cela pourrait donc dépendre du consommateur, et de son niveau de consommation.